Chiffres clés du sel (France)

Les statistiques diffusées par le Comité des Salines de France sont annuelles et prennent en compte uniquement le chlorure de sodium au plan national. Ces chiffres tiennent compte des données des entreprises exploitant des gisements souterrains de sel ou des marais salants, qui sont membres du Comité des Salines de France. Ils intègrent également les statistiques des entreprises non membres.

Effectif

Près de 5 000 emplois

Le secteur salinier en France comprend les activités liées à l’extraction, au traitement et à la «transformation»* de la matière première « sel », que celle-ci provienne de gisements souterrains (« sel minier ») ou de marais salants (sel de mer). Ce secteur représentait 4 900 emplois directs et indirects en 2014, dont 4 500 uniquement en lien avec le sel issu de gisements souterrains. Régions concernées : Lorraine, Rhône-Alpes, Languedoc-Roussillon, Provence-Alpes-Côte d’Azur, Aquitaine, Poitou-Charentes, Pays de la Loire

* « Transformation » du sel : fabrication de carbonate de sodium, de soude caustique (hydroxyde de sodium) et de chlore à partir de sel (ou saumure) pour l’industrie chimique, création de cavités salines dans des gisements souterrains de sel pour le stockage de gaz naturel et de pétrole, emballage de différentes qualités de sels cristallisés selon l’application souhaitée, etc.

Production de sel

En augmentation : +12% pour le sel par dissolution / +11% pour les sels cristallisés

La production totale de sel par dissolution en France a baissé de près de 3 % entre 2013 et 2014. La production totale de sels cristallisés a connu une augmentation d’un peu plus de 11 % sur la même période.

Ventes de sels cristallisés

Près de la moitié des ventes de sels cristallisés est destinée à l’industrie chimique et industrie diverse

Répartition des ventes de sels cristallisés en France par applications (importations comprises) en % des ventes totales de sel cristallisé en France (2009) Source : Producteurs de sel Les ventes de sels cristallisés en régression Liées notamment à une faible demande en sel pour la viabilité hivernale, les ventes totales de sels cristallisés en France sont en baisse de 32% environ entre 2013 et 2014. Ventes totales de sels cristallisés français sur le marché intérieur (importations comprises, exportations déduites) (en t) 2013 2014 2 097 100 1 531 400 Source : producteurs de sel Maintien de la tendance à la baisse des ventes de sels alimentaires Les recommandations du Programme National Nutrition Santé (PNNS), les changements d’habitude des consommateurs et la poursuite des efforts des industries alimentaires utilisatrices de sel pour réduire la quantité de sel dans les denrées alimentaires impactent les ventes de sels alimentaires entre 2000 et 2014 : les ventes totales de sels alimentaires ont diminué de 16,5% dans cette période : – 29,7% pour les sels de table et de cuisine – 11,6% pour les sels vendus aux industries alimentaires (IA) et à la restauration hors domicile (RHD) En 2014, la proportion des sels de table et de cuisine représente 22% des ventes totales de sels alimentaires, contre 78 % pour les sels destinés aux IA et à la RHD. Evolution des ventes totales de sels alimentaires en France (importations comprises et exportation déduites – tonnages exprimés en base 100 en 2000) Evolution-des-vente- totales-de-sels-alimentaires-en-France_2014 Source : producteurs de sel Alors que le PNNS 3 recommande de préférer le sel iodé et fluoré, les ventes de sels iodés et fluorés stagnent Alors que l’Organisation Mondiale de la santé (OMS), la Haute Autorité de Santé (HAS) et le PNNS recommandent la promotion du sel iodé et fluoré dans un contexte de diminution des consommations de sels alimentaires, les ventes totales de sels iodés (y compris iodés et fluorés) ont diminué de 26 % entre 2005 et 2014. En 2014, la part des ventes de sels iodés (y compris iodés et fluorés) représente 32 % des ventes totales de sels de table et de cuisine en France. Évolution de la répartition des ventes totales de sels iodés (dont sels iodés et fluorés) par rapport aux ventes totales de sels de table et de cuisine en France (en %)